Laboratoire Mutaxio : l’avenir des matériaux biosourcés

Bilan carbone​ Biodiversité Economie circulaire et recyclage​ Matériaux écosourcés et biosourcés​
5 min
Afin d’accélérer la transition et le développement de nouveaux matériaux issus de la biomasse, le groupe SOPREMA s’est associé à l’Université de Strasbourg et au CNRS pour créer conjointement un laboratoire commun de recherche appelé Mutaxio : « Mutation axée sur des matériaux biosourcés pour un bâtiment durable ». Parce qu’il profite d’une approche académique, ce laboratoire de recherche permet depuis plus de 5 ans de réfléchir aux solutions de demain et même d’après-demain.

SOMMAIRE

Matériaux biosourcés : la recherche s’accélère grâce à SOPREMA et au laboratoire Mutaxio

Regroupant une dizaine de chercheurs répartis entre les labos CNRS de l’Université de Strasbourg et les labos du Groupe SOPREMA, le laboratoire Mutaxio a l’ambition d’écrire l’avenir des bâtiments durables. Les études se focalisent sur le développement de matériaux à partir de polymères biosourcés ou de synthons provenant du recyclage. Si sa vocation est de voir loin, certaines avancées permettent d’ores et déjà la mise en œuvre de produits performants.

Quelles solutions de matériaux biosourcés sont développées par SOPREMA et Mutaxio ?

Mammouth Néo® est un système d’étanchéité pour toitures-terrasses. Biosourcé à 75 %, il est constitué d’un matériau élastomère révolutionnaire : le polyuréthane thermoplastique (TPU), à base d’huile de colza d’origine européenne. Cette membrane bitumineuse bicouche permet de réduire fortement la consommation de ressources fossiles et les rejets de CO2 dans l’atmosphère. L’autre solution est une mousse d’isolation thermique à base de sorbitol issu d’amidon provenant notamment de betteraves alsaciennes de la société Tereos. Cette molécule plateforme biosourcée peut être utilisée pour de la synthèse de polymères renouvelables.

Mutaxio : à la conquête de la biomasse végétale

Dix brevets ont été déposés depuis les premiers échanges avec les scientifiques de l’équipe du Professeur Luc AVEROUS, Enseignant-chercheur au sein de l’Institut de chimie et procédés pour l’énergie, l’environnement et la santé (ICPEES, sous la tutelle de l’Université de Strasbourg et du CNRS). Tous n’aboutiront pas à la production de solutions industrielles, mais ils apparaissent très prometteurs, comme un substitut du bitume à base de résine de pin par exemple.

Mutaxio : ensemble pour le bâtiment durable

Pour les chercheurs académiques comme pour l’équipe du Groupe SOPREMA, cette collaboration avec partage des équipements et échanges multiples est une démarche gagnante gagnante. Pour les premiers, c’est la garantie d’un rayonnement scientifique augmenté, avec une mise en application concrète de leurs découvertes. « De notre côté, notre département de Recherche et Développement bénéficie de ce regard différent du monde académique, souvent décorrélé des seuls enjeux industriels », explique Rémi Perrin, directeur R&D chez SOPREMA.

Résultat : cela contribue à faire de SOPREMA un groupe innovant, capable de faire la différence, de faire réellement bouger les lignes. « Pour avancer efficacement, nous avons besoin de travailler en réseau, de créer des partenariats fertiles, continue-t-il. Cette mise en commun nous ouvre de nouvelles voies. Nos métiers sont interconnectés. »

Témoignage

« Depuis deux ans, je travaille au sein de l’Université de Strasbourg tout en étant salarié de SOPREMA. Mon rôle est de coordonner les projets de Mutaxio entre les acteurs de la R&D du Groupe et ceux de la recherche académique, une maison que je connais bien du fait de mes expériences passées. Ce lien renforcé participe à créer des synergies, même au-delà de l’université, avec des travaux tournés sur les débouchés. »

Antoine Duval, responsable R&D Chimie verte SOPREMA, intégré au sein de l’Université de Strasbourg

Multiplier les recherches sur les matériaux innovants pour les bâtiments

Cette démarche d’innovation portée par le Groupe SOPREMA, qui souhaite miser sur un lieu de co-construction du savoir, est également développée à l’université de Trois Rivières, au Québec. Des projets en lien avec l’utilisation des dérivés forestiers pour les produits du Groupe y sont à l’étude.

A Eindhoven (Pays-Bas), un autre partenariat se focalise notamment sur le recyclage des membranes bitumineuses. Les synergies ont aussi lieu avec des chercheurs d’écoles d’ingénieurs ou d’entreprises issues d’autres secteurs d’activité. C’est le cas du groupe STELLENTIS, avec qui SOPREMA a collaboré au sujet de la mousse polyuréthane, aussi utile pour les sièges de véhicules que pour les panneaux d’isolants thermiques.

Le chiffre-clé

110. C’est le nombre de chercheurs dans le monde dédiés à la recherche et au développement de produits pour le groupe SOPREMA. Parmi eux, 5 salariés sont directement en contact avec le projet Mutaxio.

Une question ? Contactez-nous !
Nous contacter
Suivez notre actualité #lefuturacommencé
Nos actualités
23/01/2023
5 minutes
Étanchéité liquide : une solution innovante pour de nombreux ouvrages
L’appellation étanchéité liquide regroupe différentes familles de résines synthétiques applicables sur une multitude d’ouvrages, en fonction des...
Lire plus +
10/01/2023
5 minutes
Open BIM : la maquette numérique dans une autre dimension
En s’appuyant sur le format normalisé IFC (Industry Foundation Classes), la maquette numérique BIM ouvre des opportunités d’échanges de données entre...
Lire plus +
13/12/2022
5 minutes
Laboratoire Mutaxio : l’avenir des matériaux biosourcés
Afin d’accélérer la transition et le développement de nouveaux matériaux issus de la biomasse, le groupe SOPREMA s’est associé à l’Université de...
Lire plus +