Evacuation des eaux pluviales : comment faire face aux risques d'inondation ?

Biodiversité Étanchéité des toitures​ Gestion de l’eau​
5 min
Les changements climatiques au cours des dernières années ne sont pas seulement à l’origine de fortes chaleurs estivales. Ils sont également à l’origine de risques d’inondation de plus en plus fréquents.

SOMMAIRE

Face à cette problématique, des solutions apparaissent pour une bonne gestion des eaux pluviales présentes en toitures. Des dispositifs innovants qui permettent de retenir temporairement ces eaux mais aussi d’en limiter le débit d’évacuation.

La gestion de l’eau sur les toitures : un enjeu majeur

Selon des chiffres de l’Insee, 50 % des communes sont soumises aux risques d’inondations. Ils représentent ainsi un enjeu considérable pour un grand nombre de collectivités. Un enjeu d’autant plus important que ces risques s’accroissent aujourd’hui, en raison notamment de l’imperméabilisation croissante des villes. Les conséquences sont nombreuses : menaces sur les personnes et sur les biens, coûts pour la collectivité et les particuliers, pollution des cours d’eau et des milieux naturels…

Agir pour un contrôle efficace de l’évacuation des eaux de pluie

Face à ces risques, des dispositifs innovants voient le jour, afin d’assurer une gestion des eaux pluviales à la source. C’est notamment le cas pour les toitures, qui représentent 15 à 35 % de la surface d’une ville et qui sont un espace stratégique pour mener des actions concrètes. Les toits des habitations vont ainsi permettre de récupérer les eaux de pluie, tout particulièrement en y implantant un substrat et des plantes, comme avec les systèmes de végétalisation Sopranature). Ces derniers permettront à l’eau d’être absorbée et évaporée, grâce au procédé d’abattement pluvial.

La régulation du débit des eaux pluviales est une autre action qui s’avère essentielle pour les maîtriser et en limiter les risques. Cela consiste, dans un premier temps, à différer l’évacuation des eaux du toit vers les réseaux par rétention temporaire, puis, en second lieu, à maîtriser le débit de fuite vers l’aval. De quoi éviter une contamination des eaux ainsi qu’une surcharge des réseaux qui pourrait entraîner débordements et inondations.

Bon à savoir

Les collectivités locales françaises adaptent aujourd’hui leurs Plans locaux d’urbanisme (PLU) pour faire face aux risques d’inondations. Elles y intègrent des consignes concernant la gestion de l’eau et notamment la régulation de débit en sortie de parcelle. Les niveaux demandés varient actuellement, selon les communes, entre 1 et 15 litres/seconde/hectare. Les règlementations locales évoluant rapidement, il est essentiel de se renseigner sur le sujet avant d’engager un projet de construction.

Des dispositifs innovants pour l’évacuation des eaux de pluie

Pour réduire les risques liés aux eaux pluviales, les entités du Groupe SOPREMA ont mis au point des solutions innovantes permettant de retenir l’eau en toiture et de réguler son évacuation.

Comment retenir temporairement les eaux pluviales ?

Une fois la pluie captée localement, il est essentiel de pouvoir en assurer un stockage temporaire. SOPREMA propose au sein de sa gamme de solutions un système de rétention appelé Retentio®. Installé sur les toits, il est composé de plusieurs éléments : un géocomposite de drainage appelé Drain Rétention, une structure alvéolaire en nid d’abeille dénommée Module Retentio® et un géotextile non-tissé Soprafiltre. Autant d’éléments qui contribuent à retarder l’évacuation des eaux de pluie en toiture.

Quelles solutions pour limiter le débit des eaux de pluie ?

Deuxième étape pour réduire les risques liés aux eaux de pluie : contrôler leur flux d’évacuation. SOPREMA a développé en ce sens un dispositif mécanique permettant de limiter le débit d’eau pour les toitures-terrasses. Baptisée Slowli®, cette innovation assure une régulation de l’évacuation des eaux retenues temporairement en amont des réseaux d’assainissement.

Une telle solution est placée sur les évacuations des eaux pluviales (ceux de la gamme Draini Alsan proposée par SOPREMA par exemple). Le contrôle du flux est réalisé en jouant sur deux paramètres de la solution : la section de l’orifice calibré (mesuré en millimètres) et la hauteur du limitateur Slowli lui-même (en millimètres lui aussi). Cette solution est dimensionnée pour respecter les préconisations des plans locaux d’urbanisme (PLU).

Une question ? Contactez-nous !
Nous contacter
Suivez notre actualité #lefuturacommencé
Nos actualités
21/11/2022
5 minutes
L’architecture bioclimatique au service du confort et de l’efficacité énergétique des bâtiments
On parle d’architecture bioclimatique pour désigner un bâtiment dont la conception tire profit des conditions climatiques et géographiques de...
Lire plus +
16/11/2022
5 minutes
Evacuation des eaux pluviales : comment faire face aux risques d'inondation ?
Les changements climatiques au cours des dernières années ne sont pas seulement à l’origine de fortes chaleurs estivales. Ils sont également à...
Lire plus +
08/11/2022
5 minutes
Eclairement naturel des bâtiments : en hiver, adaptez vos solutions et vos usages !
Avec la réduction de la durée des journées, la lumière naturelle se raréfie et nécessite de changer nos habitudes au sein de nos différents...
Lire plus +