Facteur de lumière du jour : un indicateur central pour l'éclairage naturel des bâtiments

Confort d'été Eclairage naturel​ Fonctionnalité des toitures-terrasses​ Performance thermique Solaire
5 min
Les bénéfices de la lumière naturelle dans les bâtiments ne sont plus à prouver. Gains de productivité, réduction du nombre d’accidents du travail, économies significatives grâce à une baisse de la consommation d’énergie, de l’usure des appareils d’éclairage, des frais de maintenance, effets positifs sur la santé des occupants des bâtiments…

SOMMAIRE

Pour toutes ces raisons, les constructions se doivent de miser au maximum sur l’éclairage naturel, sur la base d’une estimation juste et adaptée de leurs besoins. C’est là qu’entre en jeu le facteur de lumière du jour (FLJ), indispensable pour un calcul précis du niveau d’éclairage naturel requis dans un bâtiment.

Facteur de lumière du jour : comment est-il calculé ?

Concrètement, le facteur de lumière du jour est un pourcentage qui désigne le ratio entre la lumière extérieure qui peut entrer dans le bâtiment et la lumière qui pénètre effectivement dans le bâtiment, sur un point donné (le plan de travail ou le sol). Ces niveaux de lumière naturelle sont exprimés en lux, qui est l’unité de mesure de référence. A titre d’exemple, si le niveau de lumière naturelle extérieure est de 10 000 lux et que le niveau de lumière naturelle dans le bâtiment se situe à 500 lux, cela signifie que le facteur de lumière du jour dans le bâtiment est de 5 % ((500/10000) x 100).

Bon à savoir

La norme européenne EN 17037 détermine un niveau d’éclairement dans les bâtiments en fonction d’un usage donné et sur la base d’une période d’heures du jour définie. L’application de cette norme, qui encadre le facteur de lumière du jour, a vocation à favoriser l’autonomie des bâtiments en lumière naturelle. L’autonomie en éclairage naturel désigne le pourcentage de temps sur une plage horaire définie pendant lequel le bâtiment peut se passer de toute forme d’éclairage artificiel.

Niveau d’éclairage en lux : comment la norme EN 17037 entre-t-elle en jeu ?

A partir du calcul du FLJ et des niveaux définis par la norme EN 17037, il est possible d’estimer les équipements nécessaires pour atteindre une autonomie en lumière naturelle. Les seuils minimaux en termes d’éclairage naturel sont fixés à 300 lux pendant 50 % du temps sur une période allant de 6h à 22h (plage horaire qui varie en fonction des saisons et de la durée effective des journées). Sur l’ensemble de la plage horaire prise en compte dans le calcul, les recommandations des études qui ont conduit à la norme EN 17037 considèrent qu’un FLJ satisfaisant se situe entre 2 et 2,5 %. Attention toutefois : selon les usages du bâtiment, ces seuils peuvent être à revoir à la hausse pour éviter un inconfort généré par un éclairage naturel insuffisant.

Facteur de lumière du jour et lumière naturelle : quels équipements mettre en place ?

En fonction des études et des calculs réalisés, ainsi que de la finalité d’usage du bâtiment, il est possible de définir précisément les solutions les mieux adaptées pour un éclairage naturel intérieur optimisé. Le type de remplissage et de vitrage, ainsi que la quantité de lanterneaux installés en toiture (pour tirer profit de l’éclairage zénithal), sont choisis de manière à atteindre les meilleurs résultats et de s’adapter aux éventuelles contraintes du bâtiment.

Notre conseil

La dimension des lanterneaux va déterminer la surface maximale qu’il sera en mesure d’éclairer grâce à la lumière naturelle. Ce chiffre sera variable en fonction de critères telles que la hauteur sous plafond du bâtiment. Autant de valeurs qui doivent absolument être intégrées dans les études afin d’estimer la nature et la quantité suffisante des équipements à installer.

Eclairage naturel : les solutions SOPREMA ne manquent pas pour les bâtiments

Lanterneaux à remplissage verre, lanterneaux à remplissage performanciel, ouvrants architecturaux en façade… Pour venir répondre efficacement aux contraintes spécifiques des différents bâtiments, le Groupe SOPREMA a développé de multiples solutions qui viennent capter au maximum les bénéfices de la lumière naturelle. Grâce au pilotage automatique de ces équipements, qui sont en mesure d’œuvrer de concert selon des enjeux paramétrés et paramétrables en amont, les bâtiments peuvent aussi profiter de solutions complémentaires telles que des installations d’ombrage (type brise-soleil). Ces dernières viennent ainsi minimiser les effets du rayonnement solaire, notamment sur les heures les plus chaudes, tout en préservant un accès suffisant à la lumière naturelle sur l’ensemble de la journée.

Une question ? Contactez-nous !
Nous contacter
Suivez notre actualité #lefuturacommencé
Nos actualités
20/09/2022
5 minutes
Plein biogaz sur la méthanisation agricole
L’essor de la méthanisation agricole, en réponse aux enjeux écologiques et à l’inflation des coûts énergétiques, en fait une solution incontournable...
Lire plus +
14/09/2022
5 minutes
Facteur de lumière du jour : un indicateur central pour l'éclairage naturel des bâtiments
Les bénéfices de la lumière naturelle dans les bâtiments ne sont plus à prouver. Gains de productivité, réduction du nombre d’accidents du travail,...
Lire plus +
06/09/2022
5 minutes
Interdiction à la location des passoires thermiques : ce qu'il faut savoir
Lire plus +